La liste noire

  • Arrestations mafia

    L'association

  • Qui sommes nous ?
  • Bienvenue
  • Notre but
  • Nos activités
  • Adhérez
  • Nous contacter
  • Statuts
  • PETITION
  • liste des députés

    Le timeshare

  • Qu'est-ce ?
  • Mafia et Timeshare
  • Discussion sur le timeshare
  • Payer ses charges ?*
  • sociétés de recouvrement
  • Timeshare France
  • la Justice en question
  • Banques Espagne TS
  • Qu'est-ce qu'un trusty ?
  • Défiscalisation
  • Temps partagé dans copropriété
  •  

  • Les textes de loi

  • Les textes applicables
  • La nouvelle directive européenne*
  • la directive en droit français

  • La loi espagnole
  • La loi tunisienne
  • La loi en Floride
  • Loi 1986, réformée par lois de 2009, 2014
  • projet loi temps partagé
  • Décret Andorre
  • Jurisprudence Charges
  • Europay Visa
  • Aide: CEC, centre européen cons.
  • Aide Que Choisir ?

    Les arnaques type

  • Banques
  • Arnaques à l'étranger

    Eviter une arnaque: DANGER !

  • Opacité contrats
  • Packs Vacances
  • Réductions voyages
  • Recrutement vendeurs
  • La taupe
  • Les rabatteurs
  • Les huissiers et notaires
  • Publicité mensongère
  • Semaine Gratuite
  • Systeme à points
  • Revente: n'existe pas !
  • Besoin notaire et arnaques
  • L'escroc Palmer

  • Suivi Escroqueries

  • Liste noire
  • Sociétés A à P
  • Sociétés P à V
  • BBVA
  • Bois d'Aurouze.
  • CLUBHOTEL Maeva
  • COGEP / SCF/Interevente
  • Arnaques en France
  • Escrocs Grèce/Crête
  • Escrocs dits Bulgares
  • Escrocs Espagne
  • Escrocs Maroc
  • Escrocs Saint Martin
  • Escrocs Thaïlande
  • Escrocs Répub.Dominicaine et Mexique*
  • Escrocs lisbonne
  • HUTCHINSON
  • Key World International
  • Lettres au Maroc
  • Lettre à Mr Zapatero
  • Malibu
  • MARINA
  • Moulin de Connelles*
  • OTE
  • PLANETE
  • PRIVILEGE CLUB
  • Procès Key World
  • JAUSIERS REGIVAL
  • RESA DIRECT
  • RCI, les points, le Palms
  • Roca Mare
  • Strategy Conection
  • Sunterra-GVC =Diamond
  • Teneriffe Clubhotel
  • Témoignages divers

    Que faire ?

    Association ADTOVEM

    Aux Députés Sénateurs

    Lettre aux Ministres 2012*

    Les liens Internet

    GREVE DES CHARGES*

     

  • Les responsables
  • Notions de droit
  • Recouvrement Intrum Justicia
  • Centre européen de consommation
  • Demande d'audit

     

  • Ecrivez-nous :

    * = nouveau ou mise à jour

  • Centre européen de consommation

    (également voir www.cecbelgique.be)

    Centre Européen de la Consommation
    Bahnhofsplatz 3 (à partir du 14 mars 2011)
    77694 Kehl
    ALLEMAGNE

    www.europe-consommateurs.eu/fr/vos-droits/tourisme/timeshare-et-produits-annexes/directive-timeshare/
    Centre Européen de la Consommation

    Par téléphone : 0820 200 999 (0,09 cts/min)
    Par fax : (0049) 7851.991.48.11
    Par mail : service-juridique@cec-zev.eu


    Par courrier : adresse ci-dessus
    Accès
    " En voiture
    Depuis Strasbourg, prenez la direction Allemagne/Offenburg.
    A4 (Paris-Strasbourg) Direction Offenburg.
    Juste après le "Pont de l'Europe", à l'entrée de Kehl sur votre gauche se trouvent nos nouveaux locaux, place de la gare. Des places de parking sont disponibles à proximité.
    " En train
    Depuis la gare de Strasbourg
    TRAM (ligne D) direction Aristide Briand, au terminus prendre le bus (ligne 21) jusqu'à l'arrêt " Kehl Bahnhof " (1er arrêt à Kehl).

    Pour vous faire rembourser les sommes abusivement perçues par des sociétés escrocs d'Europe, entre autres AEGEAN BLUE en Crète, ou en Espagne, et que vous avez bien fait une lettre recommandée de rétractation dans les 15 jours, prenez contact avec le juriste ci-dessus. Il est parvenu à faire rembourser des victimes, et nous nous en félicitons !

    octobre 2011

     

    Pour les escroqueries en Andorre:

    adresse de l'association des consommateurs d'Andorre qui agit dans ce cadre en relation avec le CTRC de Toulouse :
    ACUA (Association de Consommateurs et d'Usagers d'Andorre)
    Adresse : Placeta Monjó n° 2 Baixos – Andorra la Vella
    Tél. : 00.376.86.74.56
    E-mail : acu@andorra.ad

     

    Sur l'application du droit européen (janvier 2012)

    Concernant toutes les personnes ayant été escroquées dans des lieux relevant de l'Europe, par exemple St Martin côté Hollande (même si l'île a obtenu l'autonomie), ou en direction de l'Europe (procédures qui seraient intentées par les sociétés du Maroc contre des français en France), l'article 12 de la Directive européenne s'applique à elles (dernier §), ou art L121-79-1 reproduit dans le droit français , section 9 de la loi du 22 juillet 2009.

     

     

    Voici ce que le CEC de Belgique propose. (A notre avis le silence à toute relance de paiment de charges est la meilleure solution.)

    Soyez sur vos gardes si vous êtes contacté par l’une d’entre elles.

    Soyez extrêmement prudent si vous êtes contacté par EFTAG (European Fair Trade Advisory Group), qui est actif en Espagne. Ils travaillent en collaboration avec ITRA (International Timeshare Refund Action) qui a été condamné au Royaume Uni pour publicité mensongère.

    Plusieurs propriétaires de timesharing nous ont signalés avoir été contactés par la société EFTAG/ITRA. Ils se présentent comme une instance qui entame des procédures judiciaires afin d’obtenir, pour leurs clients, une compensation financière. Ils vous invitent en Espagne pour discuter avec vous des options possibles. Dans leur courrier, ils ne fournissent aucun détail concret sur l’affaire ou sur les raisons qui vous donneraient droit à une telle compensation financière.

    Une fois sur place, les vraies raisons de leur invitation deviennent évidentes. EFTAG vous offre la possibilité de vous débarrasser de votre timesharing par acte notarié. Il vous est demandé de décider immédiatement et, surtout, de verser une énorme somme : près de 7000 euros ! Qu’une procédure judiciaire ait lieu ou pas n’est pas très claire. En tous cas, nous ne disposons d’aucune information sur l’existence d’une quelconque procédure.

    Le résultat est que vous n’obtiendrez probablement aucune compensation financière. Au contraire, vous aurez dépensé encore plus d’argent.

    Or, il existe des façons moins couteuses pour mettre fin à un contrat de timesharing.

    Dans l’hypothèse où votre contrat ne précise aucune date de fin de contrat, celui-ci est considéré comme nul par le droit espagnol (et belge). Vous pouvez mettre fin à ce type de contrat sans frais par lettre recommandée.

    S’il est précisé dans votre contrat que le timeshare a été contracté pour une durée indéterminée, vous avez le droit d’y mettre fin unilatéralement. Toutefois, vous êtes tenus de remplir vos obligations contractuelles jusqu’à ce que vous ayez mis un terme au contrat.

    Si le contrat prévoit une période anormalement longue (par exemple 40 ans), cette clause sera considérée comme abusive. Vous pouvez également mettre fin à ce type de contrat sans frais.

    Dans les autres hypothèses, si vous souhaitez mettre un terme à votre contrat, nous vous conseillons d’adresser un courrier par recommandé à la société ou d’essayer de convaincre la résidence de reprendre le timesharing sans frais. Faites le par un simple acte de transfert de propriété (sans devoir nécessairement passer par un notaire), dans lequel vous renoncez au bénéfice de la résidence à vos droits d’utilisation et les obligations y afférentes (notamment les frais annuels d’entretien).

    Si cela ne fonctionne pas, vous pourriez tout simplement mettre un terme au paiement des frais annuels, dans l’hypothèse ou votre contrat prévoit une clause signalant que le non-paiement des frais entraîne la résiliation du contrat. Confirmez par courrier recommandé que vous ne souhaitez plus utiliser vos semaines et conservez bien tous les documents.

    http://www.cecbelgique.be/images/downloads/timesharing_resell_fr_hr(1).pdf

    EFTAG et ITRA mettent les propriétaires de timeshare sous pression

    www.cecbelgique.be/eftag-et-itra-mettent-les-proprietaires-de-timesh...
    28 oct. 2011 – Ils vous invitent en Espagne pour discuter avec vous des options possibles. ... Qu'une procédure judiciaire ait lieu ou pas n'est pas très claire.


    Le CEC transmet en février 2013:

    Le Centre Européen des Consommateurs France accuse réception de votre courrier que nous avons reçu le 31 janvier dernier concernant votre contrat de semaine en temps partagé passé avec la société RESTOTEL basée en Andorre.

    Le CEC France est un service soutenu par le Ministère de l'Économie et des Finances (DGCCRF) et la Commission européenne. Il appartient à un réseau européen destiné à promouvoir la résolution amiable des litiges transfrontaliers entre les consommateurs et les professionnels situés dans un autres État membre de l’Union Européenne, l’Islande et la Norvège.

    D’après les éléments transmis, votre litige vous oppose à une société dont le siège social est situé en Andorre. Nous avons dès lors le regret de vous informer de notre impossibilité d’intervenir dans ce différend car l’Andorre n’est pas un pays membre de l’Union Européenne. Nous ne sommes donc pas en mesure d’intervenir auprès d’un professionnel basé sur ce territoire faute d‘homologue dans cet Etat.

    Pour vous aider dans votre litige, nous vous invitons à contacter l’association des consommateurs et usagers d’Andorre. Vous trouverez les coordonnées de cette structure au lien suivant : http://www.comerc.ad/index.php?option=com_content&view=article&id=42&catid=5


    Nous espérons que ces informations vous aideront dans vos démarches.


    Sincères salutations
    Yours faithfully

    Camille Bertrand
    Juriste / Legal Advisor

    Centre Européen de la Consommation
    Centre Européen des Consommateurs France

    Réponse ADCSTP:


    RESTOTEL / MEDHOTELGROUP (voir Horizons, Altres, Vacances Hivernales…) intervient à CALAPI
    Calle Aquari n° 3, 03700 DENIA ALICANTE,La domiciliation en Andorre est une farce et attrape: il suffit de les joindre à l'adresse ci-dessus ou à Calapi à Majorque


    Message du CEC à Mr P... et réponse de l'ADCSTP en juillet 2013

    service-juridique@cec-zev.eu

    Bonjour,
    Vous auriez dit récemment à Mr P... qui s'est adressé à vous par erreur sur le temps partagé français ceci :

    "Tout d'abord, nous vous précisons que les contrats de semaines en temps partagé constituent un droit de propriété sur un bien immobilier. Or il n'est pas possible de résilier un droit de propriété portant sur un bien immobilier, les seules solutions envisageables sont la vente ou la cession de ce droit à une autre personne ".

    Je me permets de vous indiquer en tant que Pdte de l'ADCSTP que ce que vous écrivez est partiellement inexact. Les contrats en question ne constituent nullement un droit de propriété sur un bien immobilier. Ils sont un achat d'actions ou de parts de société (SCI ou SA) donnant un droit de jouissance sur un appartement. Et nullement un droit de propriété. Si cela était, les associés ou actionnaires seraient en réalité des copropriétaires, ce qu'ils ne sont pas.
    La résiliation est aujourd'hui possible par la loi de juillet 2009, pour justes motifs, mais au compte- gouttes. Attention, seules les SCI ou SA sont propriétaires d'un ensemble immobilier mais pas leurs associés ou actionnaires (loi du 6-1-86). C'est l'astuce d'un traquenard bien organisé en France.