La liste noire

  • Arrestations mafia

    L'association

  • Qui sommes nous ?
  • Bienvenue
  • Notre but
  • Nos activités
  • Adhérez
  • Nous contacter
  • Statuts
  • PETITION
  • liste des députés

    Le timeshare

  • Qu'est-ce ?
  • Mafia et Timeshare
  • Discussion sur le timeshare
  • Payer ses charges ?*
  • sociétés de recouvrement
  • Timeshare France
  • la Justice en question
  • Banques Espagne TS
  • Qu'est-ce qu'un trusty ?
  • Défiscalisation
  • Temps partagé dans copropriété
  •  

  • Les textes de loi

  • Les textes applicables
  • La nouvelle directive européenne*
  • la directive en droit français

  • La loi espagnole
  • La loi tunisienne
  • La loi en Floride
  • Loi 1986, réformée par lois de 2009, 2014
  • projet loi temps partagé
  • Décret Andorre
  • Jurisprudence Charges
  • Europay Visa
  • Aide: CEC, centre européen cons.
  • Aide Que Choisir ?

    Les arnaques type

  • Banques
  • Arnaques à l'étranger

    Eviter une arnaque: DANGER !

  • Opacité contrats
  • Packs Vacances
  • Réductions voyages
  • Recrutement vendeurs
  • La taupe
  • Les rabatteurs
  • Les huissiers et notaires
  • Publicité mensongère
  • Semaine Gratuite
  • Systeme à points
  • Revente: n'existe pas !
  • Besoin notaire et arnaques
  • L'escroc Palmer

  • Suivi Escroqueries

  • Liste noire
  • Sociétés A à P
  • Sociétés P à V
  • BBVA
  • Bois d'Aurouze.
  • CLUBHOTEL Maeva
  • COGEP / SCF/Interevente
  • Arnaques en France
  • Escrocs Grèce/Crête
  • Escrocs dits Bulgares
  • Escrocs Espagne
  • Escrocs Maroc
  • Escrocs Saint Martin*
  • Escrocs Thaïlande
  • Escrocs Répub.Dominicaine
  • Escrocs lisbonne
  • HUTCHINSON
  • Key World International
  • Lettres au Maroc
  • Lettre à Mr Zapatero
  • Malibu
  • MARINA
  • Moulin de Connelles*
  • OTE
  • PLANETE
  • PRIVILEGE CLUB
  • Procès Key World
  • JAUSIERS REGIVAL
  • RESA DIRECT
  • RCI, les points, le Palms
  • Roca Mare
  • Strategy Conection
  • Sunterra-GVC =Diamond
  • Teneriffe Clubhotel
  • Témoignages divers

    Que faire ?

    Association ADTOVEM

    Aux Députés Sénateurs

    Lettre aux Ministres 2012*

    Les liens Internet

    GREVE DES CHARGES*

     

  • Les responsables
  • Notions de droit
  • Recouvrement Intrum Justicia
  • Centre européen de consommation
  • Demande d'audit

     

  • Ecrivez-nous :

    * = nouveau ou mise à jour

  • Défiscalisation

    L'ADCSTP n'est en principe pas qualifiée pour traiter ce type de problème. Nous décidons d'ouvrir cependant une rubrique à ce sujet, parce que la défiscalisation est le complément, la suite logique, la soeur jumelle du temps partagé, et ce sont les mêmes promoteurs qui y interviennent, entre autres Pierre et Vacances.

    (voir témoignages 2009 en fin de rubrique: Centre Aqualudique de Dhuizon )

     

    Pierre et Vacances vend des projets de "Villages nature", de nouveaux Center parcs, vers Clermont-l'Hérault...

    mais également dans le Jura à Damblans ! Logiparc près de Moulins ! En Seine et Marne ! Projet de Notre Dame des Landes près de Nantes...

    Tout ceci sur de bonnes terres agricoles, des vergers, des vignes....avec l'argument de la création d'emplois, de "développement durable", de "tourisme durable"... avec presque toujours l'accord du PS.

    (Le Monde du 8-12-11)

     

    Publicité de P et V de décembre 2010

    "Le Groupe Pierre & Vacances Center Parcs vous propose d’investir dans des appartements ou maisons répondant parfaitement aux exigences des jeunes retraités : sécurité, confort et convivialité.


    Vous pouvez au choix :

    Investir dans un bien, avant même votre retraite, avec le projet d’y habiter quelques années plus tard. Vous percevez un revenu locatif et bénéficiez de réductions d’impôts.

    Acquérir et profiter dès à présent de votre nouvel habitat !"

    Commentaires d'un pigeon en colère:

    "Pierre et Vacance fait mieux : sur son cite il annonce : pleine propriété avec réduction d'impôts en SCELLIER, possibilité d'occuper soi même quelques semaines dans l'année, bail avec revenus par loyers le reste du temps. Il est vrai qu'il faut bien qu'il case toutes les résidences remises a neruf par les pigeons qu'il a piégé (dont moi)
    Cet escroc oublie de dire que le scellier est réservé à l'habitation principale d'un locataire, pas pour des vacances et moi encore pour occupation par le propriétaire, ne serait ce qu'une seule journée dans l'année. Dommage que notre Président vient d'abroger cet avantage pour les années qui viennent, Pierre et Vacances va devoir trouver autre chose ! Ce système est pire encore que le time share parce que l' investissement de base n' est bien évidemment pas le même."

    (19-12-10)


     

    (Du nouveau sur Center Parc, fin de rubrique le 2 juillet 2010)

    Ce que coûte la défiscalisation à l'Etat

    En 2009 la loi Scellier a coûté au budget de l'Etat 605 millions d'euros, soit 16 euros par logement !! Il s'agissait par la loi Scellier de corriger les excès de surproduction du dispositif de Robien... Mais ce fut une loi en trompe l'oeil. Les excès de la loi de Robien ont été réintégrés dans la loi Scellier sous une autre forme (le Monde du 25-5-2010). Les amis de Pierre et Vacances sont bien implantés dans le milieu parlementaire, ainsi que nous l'avons dit.

    Mais serrez vous la ceinture, vous les citoyens, vous êtes responsables de l'endettement public !

     

    Publicités de Pierre et Vacances et ses amis;

    Nous recevons sans cesse des pubs de ce type depuis que nous avons constitué cette rubrique:

    12-6-10

    Après l'interview exlusive du député Scellier, nous vous proposons de reprendre gratuitement sur votre site Internet notre vidéo professionnelle explicative du dispositif Scellier. Cette vidéo qui dure une minute ne contient aucune mention publicitaire.
    Pour installer cette vidéo, il suffit de faire un copier-coller du code informatique dans le code-source de vote site web. Cette opération prend moins de cinq minutes.
    L'adresse de la vidéo et du code informatique : http://www.defiscalisationderobien.com/scellier-ajouter-video.php
    Pour vous aidez à installer la vidéo ou pour toute information complémentaire : 06 85 08 52 32


    6-5-10:

    Pierre et Vacances utilise les adresses des associés du temps partagé pour faire de la pub pour ses appartements en défiscalisation du type ci-dessous; il faut protester vivement: Original Message -----
    From: Pierre & Vacances Conseil Immobilier Groupe Pierre & Vacances - Center Parcs
    To: ...........
    Sent: Wednesday, May 05, 2010 5:58 PM
    Subject: Economisez des impots avec le Groupe Pierre & Vacances - Center Parcs
    Si ce message ne s'affiche pas correctement, merci de suivre ce lien http:/tre.emv3.com/HM?a....... Une honte !!
    xxxxxxxxxxxxxxxxxxxNous avons offert à nos sympathisants une analyse en 5 rubriques que nous publions ici :Mais avant, voici une pub de P et V: (www.pierreetvacances-immobilier.com, ) "Patrimoine haut de gammePour concevoir ses résidences, le Groupe Pierre & Vacances - Center Parcs s'entoure d'architectes de renom (J. Nouvel, P. Diener, J. Labro, …). Les résidences bénéficient de situations exceptionnelles dans des régions réputées pour leur haute valeur environnementale et touristique ou présentant un haut potentiel de développement.
    Revenus garantisLe Groupe Pierre & Vacances - Center Parcs s’engage à vous verser des loyers garantis, nets de charges de copropriété courantes et indexés. Vous percevez des revenus sûrs, réguliers et défiscalisés qui constituent un véritable capital pour votre retraite.
    Economies d'impôts- Vous ne payez pas la TVA - Vous bénéficiez de fiscalités attractives (LMNP, Robien, ZRR, démembrement…) adaptées à votre situation patrimoniale.- Profitez de la loi Scellier et économisez jusqu'à 8333€ d'impôts par an, pendant 9 ans.
    AUCUN SOUCI DE GESTIONLe Groupe Pierre & Vacances - Center Parcs s’occupe de la gestion, de l’entretien de votre bien et de la résidence.
    POSSIBILITéS DE SéJOURSVous économisez sur votre budget vacances en profitant de séjours dans votre résidence ou dans une résidence du Groupe Pierre & Vacances - Center Parcs de votre choix.
    demande
    d'informations
    VOUS SOUHAITEZEtre contacté par un conseiller Pierre & Vacances
    A quelle heure : ------------ 8-10 h 10-12h 12-14 h 16-18 h Après 18 h........"

     

    Les bonnes affaires du groupe Pierre et Vacances (P et V) (1).

    Nous avons publié récemment dans nos infos pour notre " liste " l'extrait d'un article des Echos sur le PDG de P et V. Nous nous proposons d'aller plus loin aujourd'hui dans une série d'exposés numérotés.

    Depuis longtemps nous croisons le fer avec Pierre et Vacances, et ses filiales, CLUBHOTEL, SGRT, SOGIRE…à propos, du rôle de ce groupe dans la création du temps partagé français, dont il a toujours été et demeure la pièce maîtresse.
    Nous avons mis en cause ce dernier dans la rédaction de la loi du 6-1-1986, qui est sa loi, loi habilement faite, sensée " protéger " les associés ! (Brémond est coutumier du fait :" Le secteur de la promotion immobilière lui doit notamment tous les décrets, baptisés dans les couloirs de l'Assemblée nationale " les amendements Brémond " " Les Echos 1-2-07).

    Le fait même qu'un promoteur ait eu l'idée de faire vendre des périodes de temps partagé, sous couvert de l'achat de parts de SCI, pour faire moins scandaleux qu'en Espagne (1), en faisant croire que ces parts avaient la même valeur juridique et financière qu'un achat dans l'immobilier (entre autres en disant que les périodes de temps partagé était revendables et qu'elles prendraient de la valeur), est une perfidie. Car il s'agissait en réalité de piéger les gens.

    Nous avons maintes fois souligné les malfaisances cachées de cette loi, et le machiavélisme du système du temps partagé, qui oppose les associés de SCI possesseurs de bonnes périodes (périodes non scolaires) aux possesseurs de mauvaises périodes, grâce auxquelles l'équilibre financier du système repose. En effet, les deux tiers de mauvaises périodes, propres au système, vendues à l'arrachée et à coups de mensonges, par des vendeurs malhonnêtes et chevronnés, permettent à celui-là d'avoir tenu le coup et de tenir encore depuis plus de 40 ans…. Il fallait l'ingéniosité de G Brémond, PDG de Pierre et Vacances depuis fort longtemps, ses relations politiques innombrables dans les ministères à droite comme à gauche, sa capacité à se tenir apparemment au-dessus de la politique politicienne en flattant tout un chacun à condition qu'il soit haut placé, pour concevoir cette invention au service de l'immobilier, et de son groupe (" Il connaît tous les rapporteurs du budget et ne se contente pas de plaider sa cause mais écrit le texte, suit son parcours et n'a pas son équivalent pour trouver où est le pouvoir dans un appareil d'Etat. Dans l'unique but de gagner toujours plus d'argent ": Les Echos 1-2-07). Et ceci, sous couvert de grandes phrases, de celles que les politiciens aiment à entendre.

    Nous avons déjà fait remarquer que le temps partagé était cependant la partie mineure de l'activité de G Brémond. Mais cela a été un tremplin pour d'autres inventions. Ces dernières, même si nous y avons fait allusion, ne sont en principe pas de notre ressort, à nous ADCSTP. Mais dans les circonstances actuelles, nous aurions tort, nous semble-t-il, de ne pas en parler, tant les méthodes pour attirer les gens, en vue de les piéger à terme, sont identiques.

    Il s'agit de l'invention de la " nouvelle propriété ", régie au cours du temps par les multiples lois qui se sont succédées : l'avantage Périssol, de Robien, Démessine, Scellier, Bouvard LMP etc.

    De quoi s'agit-il ? Il s'agissait de faire miroiter, essentiellement auprès des petits et moyens épargnants, un placement avantageux dans l'immobilier grâce avant tout à des avantages fiscaux.
    Avant d'aller plus loin, nous soulignons que le montage que nous allons décrire, reposait donc sur l'accord préalable donné par les gouvernements successifs à un manque à gagner assez considérable (40 millions d'euros en 2007, 45 en 2008, et idem en 2009. Le Monde du 10-10-09), dans le but d'encourager l'investissement dans l'immobilier, particulièrement dans le tourisme, quitte à produire un gaspillage éhonté, au moment où toutes les parties s'accordent pour dire que le logement social est en perdition. Combien, dans le même temps, l'Etat a investi dans le logement social ?

    (1)En Espagne, le principe du timeshare est le suivant : un promoteur vend à une société ou un individu (généralement un escroc, par ex Palmer) un immeuble d'appartements. Ce dernier va récupérer 3 à 4 fois sa mise de départ en vendant des droits d'usage des appartements pour une période de x années, en demandant des charges incontrôlables et incontrôlées, tout en restant propriétaire. Le jour où il veut revendre l'immeuble, il chasse tout le monde en proposant un échange bidon dans une résidence sans intérêt. Ou bien, le jour où il se fait prendre son immeuble par la justice pour payer ses impôts ou rembourser les vols d'ampleur qu'il a commis (Palmer en GB), tous les possesseurs de timeshare sont " virés "…La solution SCI évite cela, mais contraint au paiement à vie des charges….

    Suite au prochain numéro (2)


    Les bonnes affaires du groupe Pierre et Vacances (2).

    Le principe de " la nouvelle propriété " avec défiscalisation :

    -Des citoyens, (souvent relancé par téléphone ou par email, s'ils ont eu affaire une fois dans leur vie à P et V) sont invités à acheter sur plan, par contrat avec un vendeur accrédité, un appartement dans une résidence à venir, ou déjà construite par un promoteur (par exemple Oceanis, Nexity auquel Pierre et Vacances a racheté Maeva, ou Pierre et Vacances lui-même), ou une maison dans un Center parc, comme celui de Roybon dans l'Isère (dans ce dernier cas le promoteur est P et V).


    -S'il s'agit donc du Center Parc de Roybon, cela lui coûtera la modique somme de 250 000 à 372000 euros, pour des cottages dont les surfaces habitables vont de 54 m2 à 85,6m2. Les prêts bancaires, la défiscalisation et le bénéfice annoncé sont tels que l'opération sera non seulement indolore mais mirifique ! (les prix de ce type de propriété démarrent à 120 000 euros mais c'est un prix minimum)


    -P et V ont orienté les gens vers des banques telles que le Crédit Mutuel, HSBC (soit Hong Kong & Shanghai Banking Corporation, premier rang en matière de capitalisation boursière), le Crédit Immobilier de France, BPI (banque privée européenne, spécialisée en crédits immobiliers et rachat de prêt pour propriétaire) etc. Il y a là toute raison d'avoir confiance si vous n'avez aucune prévention contre les banques.


    -Le futur propriétaire investisseur pourra alors réduire ses impôts jusqu'à 25% du prix hors taxe du logement (c'est la défiscalisation) pendant 9 ans, et bénéficier d'une déduction de la TVA, c'est-à-dire 19,60 % du montant de l'investissement, à condition de passer un bail avec le promoteur pour 9 ans.


    -Celui-ci garantit pendant 9 ans un montant de location net de charges. L'entretien de l'appartement ou du cottage (Roybon) est assumé par le promoteur devenu le locataire pendant ces 9 ans, qui délègue la gestion à un de ses gérants préférés, la SOGIRE pour P et V. Ce loyer, non imposable pendant 20 à 25 ans, doit permettre au propriétaire de couvrir son emprunt pendant x années (si le bail est renouvelé), et de lui rapporter déjà de l'argent si le loyer est supérieur au montant mensuel à rembourser. L'objectif, tel qu'il est présenté, est que cela vous rapporte de l'argent de suite ou à terme.


    -Un certain nombre de semaines dans l'année peuvent être réservées au propriétaire pour ses vacances, s'il s'agit d'un lieu touristique.


    -Après 9 ans, le bail peut être renouvelé, et c'est là qu'apparaissent tous les problèmes… quand vous êtes complètement engagés.


    -Les vendeurs accrédités par les promoteurs, pour faire vendre les appartements, sont les mêmes requins bien connus de nos associés du temps partagé. Rompus aux techniques de vente, entraînés à parer à toute objection, menteurs professionnels, malhonnêtes en diable, ces gens ont une paye qui dépend du nombre d'appartements vendus (cela fait partie des " emplois " qu'il faut défendre dans la profession de l'immobilier !). G Brémond a insisté dans ses interviews pour rendre encore plus efficaces ces techniques de vente, c'est-à-dire les rendre plus agressives.

    Conclusion provisoire : système génial en apparence, qui illustre les bons plans pour gagner de l'argent facilement…. mais surtout en faire gagner au promoteur, et pour faire construire tous azimuts absolument n'importe quoi, sous couvert naturellement du " développement durable ", du " tourisme vert ", de l'écologie etc etc.

    Mais outre les déboires que vont subir les propriétaires, d'autres problèmes gravissimes vont se poser : Effets sur les ressources de l'Etat ; surproduction immobilière touristique, système de tourisme gaspilleur et pollueur (ex :Roybon)…... De plus la question du niveau de vie en chute libre est importante, de même que l'arrivée d'une crise économique par ex..

    Suite dans (3)



    Les bonnes affaires du groupe Pierre et Vacances (3).

    Les problèmes. Là où le bât blesse !


    -Prenez le temps de lire le site hallucinant qu'on nous a indiqué : forum où les piégés de Pierre et Vacances exposent leurs problèmes.


    http://droit-finances.commentcamarche.net/forum/affich-4280556-fin-de-bail-pierre-et-vacances,


    Le groupe Pierre et Vacances répond aux critiques et questions dans ce site, sans vergogne et sans hésitation, à sa manière bien sûr, " entraîné à parer à toute objection "….
    C'est extrêmement instructif.

    Comment P et V gagne de l'argent avec le système décrit précédemment ?

    On prendra le plus souvent comme exemple ROYBON en Isère.

    -En vendant sur plan, Le groupe Pierre et Vacances n'est pas contraint à un engagement financier important d'autant que, par exemple à Roybon (1021 cottages), le Conseil régional, séduit par l'esbroufe de G Brémond et son parler écolo, donne 7 millions d'euros à l'opération, tandis que le département donne 15 millions.
    Nous laissons le soin aux opposants au projet de développer leurs arguments. Sachons seulement qu'on peut mettre ce projet en regard avec le manque des infrastructures sociales dont le département a besoin, et sachons que l'emploi crée est dérisoire (600 emplois à plein temps dont la plus grande partie sont des emplois importés issus du groupe Pierre et Vacances, donc emplois très contrôlés)

    -P et V travaille avec une multitude d'entreprises qui savent construire comme le désire Brémond et tous les promoteurs de la filière du tourisme. On peut construire beau et clinquant et que cela laisse à désirer. Nous n'avons pas les moyens d'en juger mais on est ainsi stupéfait d'apprendre, dans le site ci-dessus, qu'après 9 ans, dans une résidence à Lacanau gérée par P et V, il faille, pour un renouvellement de bail, " rénover " complètement les appartements pour des sommes élevées, par exemple 11000 euros à la charge du propriétaire…Que s'est-il passé ?


    -Face à cela, les appartements ont été vendus très chers (cf notre P et V n°2). Les acheteurs se sont endettés pour longtemps. Nous ignorons si des taux variables se sont glissés dans les contrats avec les banques, pouvant engendrer le même désastre qu'aux USA.


    -Les charges d'entretien laissées à l'appréciation de SOGIRE, filiale de P et V, et payées par P et V pendant 9 ans, peuvent être évaluées au minimum (alors qu'elles sont évaluées au maximum dans le temps partagé par Clubhotel ou la SGRT, puisque ce sont les associés des SCI qui payent !). La SOGIRE peut entretenir à la va vite tandis que Clubhotel (les mêmes) ferait faire des séries de travaux inutiles : C'est ce qui ressort de nos lectures. Nous savons que ces gérants savent faire l'un et l'autre.


    -Point très important : qu'est-ce qui définit " l'entretien " ? (question posée dans le site forum ci-dessus) ? Dans le temps partagé français, l'entretien comprend la rénovation en continu de l'immeuble ! Dans le cas présent, on verra comment P et V, dans ses réponses, distingue " entretien " et " rénovation ", de manière à justifier une totale remise en état en fin de bail, dont une partie reviendrait à l'acheteur… ! Donc P et V lésinerait sur " l'entretien " ?


    -La garantie décennale dont personne ne parle. Nous sommes stupéfaits que cette question ne soit nullement évoquée. Ou alors nous ne sommes pas tombés sur les bons textes.
    Celui qui entre dans le système décrit, ne voit souvent les choses qu'à court terme et calcule ses gains sans examen approfondi de la qualité de ce qu'on lui a vendu, et sans suivre précisément ce fameux entretien.
    Tant qu'on est dans la garantie décennale, il est extrêmement important d'avoir l'œil sur cette qualité de la construction (malfaçons éventuelles) et d'exiger les réparations nécessaires. Après 10 ans, le promoteur n'est plus responsable de rien. Il peut donc inciter ses agents (d'où l'intérêt de ne pas embaucher des cadres locaux !) à ne faire que des remises en état trompe l'œil avant 10 ans, en ne parlant jamais de cette garantie. Ensuite tout est pour le propriétaire/investisseur.
    Dans les " nouvelles propriétés " achetées avec défiscalisation, les catastrophes se déclarent après 10 ans. Dans le contexte actuel ce peut être grave.


    -Après dix ans, si le bail est renouvelé, le loyer verrait des baisses de l'ordre de 30 à 40% selon le site ci-dessus, et selon l'association la Fédart (fédération des associations de résidences du tourisme) crée en mars 2009 et réunissant une trentaine de sites…, c'est dire le mécontentement actuel. Ce qui signifie que le loyer n'est pas garanti plus de 9 ans, ce qui n'a rien d'étonnant vu le contexte économique, mais dans certains contrats, il y avait engagement de P et V..
    -Au total P et V vend extrêmement cher des appartements somme toute pas très grands, au prix d'une villa, ou d'une grande maison en dur, et y ferait un entretien très médiocre, selon les critiques émises, en baissant progressivement le montant du loyer remis au propriétaire, après 9 ans.

    -On nous signale enfin des mouvements sociaux dans ces Center Parcs, les salariés ayant des salaires bloqués à 1000 euros par mois (par exemple le Center Parc à Verneuil dans l'Eure). On comprend donc comment il est possible que les promoteurs de ces centres de tourisme empochent beaucoup d'argent

    Suite dans P et V n° 4 : une opération immobilière propulsée par les gouvernements successifs, vouée à terme à la désagrégation.

     

     

    Les bonnes affaires du groupe Pierre et Vacances (4).

    La défiscalisation : une opération immobilière propulsée par les gouvernements successifs, vouée à terme à la désagrégation.
    Opération portée par des responsables politiques imbus d'eux-mêmes et irresponsables, comme André Vallini dans l'Isère, incapables d'une analyse globale à long terme, incapables de savoir ce qu'ils font, et profondément méprisants vis-à-vis des citoyens.

    -Ce système a permis comme toujours à des gens très véreux d'entrer dans la filière. Par exemple les frères Fieschi, bien connus de nous, conseillers en patrimoine, dans la COGEP/SCF, qui ont excellé dans les tromperies dans le temps partagé, ont rapidement compris les bénéfices qu'ils tireraient de la défiscalisation. Ils ont carrément vendu des maisons sur plan dans des endroits impossibles où ils avaient acquis des terrains pas chers en s'associant à des promoteurs douteux. Donc impossibilité pour l'acheteur de louer leurs maisons, outre le problème de la valeur de ces constructions. Les Fieschi se sont mis en faillite à propos du temps partagé, suite aux procès qu'on leur a intentés. Et ils sont poursuivis au pénal dans la défiscalisation. Mais avant qu'ils apparaissent comme étant des escrocs, il fallait voir la brillance verbale de ces escrocs, qui ont appartenu à l'OTE (organisation du timeshare européen), laquelle a abrité tous les escrocs de l'immobilier, en les jetant au fur et à mesure de leurs méfaits. De plus, sûrs de leur fait, ils nous ont même attaqués en justice pour diffamation, et ont perdu…

    Le PDG Brémond de P et V, lui, n'est pas un escroc au sens pénal. C'est un homme astucieux qui sait s'appuyer et profiter des lois existantes, de leurs ambiguïtés, et des interprétations possibles du sens des mots. Il est rompu à l'exercice de l'examen des failles en tous genres pour pouvoir ne jamais être mis en cause. Mais, comme les frères Fieschi, il a la brillance de la parole, sait choisir ses collaborateurs pour lui obéir, mais est actuellement fort mal conseillé..



    -Une suroffre des résidences de tourisme.


    Ce qui paraît le comble de l'absurde pour des gens rationnels, c'est de voir que des promoteurs comme P et V continuent de chercher à faire construire des résidences et des Center Parcs à l'aide de l'Etat, et que ce dernier y consent, alors qu'un minimum de réflexion sur la crise par exemple dans le domaine du temps partagé, aurait dû normalement aboutir à un questionnement sur un mode de tourisme qui n'est plus possible !
    Sans doute la rationalité des promoteurs comme P et V est particulière car elle défie le sens commun.
    Faut-il imaginer que le souci premier des promoteurs est de faire acheter sur plan un maximum de constructions dans une résidence, grâce à l'argent des citoyens et des banques, puis, une fois le porte feuille plein, se moquer de savoir s'il y aura des locataires, et livrer les épargnants endettés aux banques, en sachant que non seulement ces derniers seront pris à la gorge immédiatement, mais que, par les temps qui courent, ils peuvent en plus perdre leur emploi, leur magasin, leur gagne pain ??? Ce serait ça leur rationalité ? Et les Maires, les Conseils Régionaux, les députés, les ministres se congratulent entre eux devant de tels projets ?? Pouah !
    Ce type de projet tend à reproduire en France et en Europe, à brève échéance, ce qui a conduit aux subprimes aux USA ! Faut-il être grand clerc pour le dire ?

    Un excellent article de Isabelle Rey-Lefebvre, paru dans le Monde du 10-10-09, déjà cité, dit ceci :


    -Plus de 150 résidences de tourisme en France sont privés d'exploitants, et des milliers de propriétaires ne perçoivent plus leurs loyers : liquidations et redressements judiciaires. Dus au fait que les locataires ne sont plus légion….Dus à un taux d'occupation qui s'érode de plus en plus…


    -Depuis 2007, jusqu'en septembre dernier, sombraient : Transmontagne, LVR, Appart Valley et Life Valley, Resid'Hotel, Maisons de Biarritz, Mona Lisa, Atrium Tourisme, Madéo, Quiétude (61 résidences)…
    Grandes difficultés à Orcières- Merlette, à la Foux d'Allos….

    -Dans le même temps, ces trois dernières années, on passait en France à 20000 lits supplémentaires dans ces résidences: de 20000 lits à 40000 lits !


    -Certaines résidences vides, en ville, ont été reconverties en lieux d'accueil pour les personnes à la rue…


    -L'article note enfin : des promoteurs qui surfacturent les logements, des élus qui accordent des permis de construire sans discernement, des commercialisateurs qui sont sans scrupule, des notaires qui ne mettent pas en garde leurs clients, des banquiers qui financent sans étude de marché, des exploitants qui s'engagent sur des loyers irréalistes etc


    -Des milliers d'épargnants sont lésés, certains sont en faillite, des familles sont à la ruine..


    -Mais les promoteurs qui ont vendu 53200 logements (loi Scellier) en 2009 en surfant sur la naïveté des gens, espèrent vendre en 2010, 90000 logements, et le gouvernement va tenter d'inventer de nouvelles mesures pour doper les achats…
    S'agit-il d'absence de scrupule ou de folie ?

    Ce que nous ajoutons à cela :
    -Il suffit d'analyser la situation dans les résidences (environ 200) qui accueillent des associés de temps partagé, pour voir que toutes les SCI d'associés sont lourdement endettées, étant de plus en plus désertées par des gens qui ne payent plus leurs charges. Comment imaginer que l'accès à la propriété par des lois de défiscalisation marcheraient mieux à terme ??

    -Dans le Center Parc de Roybon, il est prévu 5000 lits en plus ! Mr Brémond, à force de gonfler ses plumes, est-il encore capable d'analyse prévisionnelle ?

    -Les mesures adoptées par le gouvernement Fillon qui ont diminué gravement les retraites, ont des conséquences immédiates sur le niveau de vie des retraités, lesquels constituaient la plus grande partie de la clientèle des résidences de vacances… Les retraités aujourd'hui aident principalement leurs enfants.

     

    Suite et fin dans P et V n° 5 : la loi du 22-9-09, gaspillage, une forme de tourisme décrié…conclusion

     

    Center Parcs à l'aide de l'Etat, et que ce dernier y consent, alors qu'un minimum de réflexion sur la crise par exemple dans le domaine du temps partagé, aurait dû normalement aboutir à un questionnement sur un mode de tourisme qui n'est plus possible !
    Sans doute la rationalité des promoteurs comme P et V est particulière car elle défie le sens commun.
    Faut-il imaginer que le souci premier des promoteurs est de faire acheter sur plan un maximum de constructions dans une résidence, grâce à l'argent des citoyens et des banques, puis, une fois le porte feuille plein, se moquer de savoir s'il y aura des locataires, et livrer les épargnants endettés aux banques, en sachant que non seulement ces derniers seront pris à la gorge immédiatement, mais que, par les temps qui courent, ils peuvent en plus perdre leur emploi, leur magasin, leur gagne pain ??? Ce serait ça leur rationalité ? Et les Maires, les Conseils Régionaux, les députés, les ministres se congratulent entre eux devant de tels projets ?? Pouah !
    Ce type de projet tend à reproduire en France et en Europe, à brève échéance, ce qui a conduit aux subprimes aux USA ! Faut-il être grand clerc pour le dire ?

    Un excellent article de Isabelle Rey-Lefebvre, paru dans le Monde du 10-10-09, déjà cité, dit ceci :


    -Plus de 150 résidences de tourisme en France sont privés d'exploitants, et des milliers de propriétaires ne perçoivent plus leurs loyers : liquidations et redressements judiciaires. Dus au fait que les locataires ne sont plus légion….Dus à un taux d'occupation qui s'érode de plus en plus…


    -Depuis 2007, jusqu'en septembre dernier, sombraient : Transmontagne, LVR, Appart Valley et Life Valley, Resid'Hotel, Maisons de Biarritz, Mona Lisa, Atrium Tourisme, Madéo, Quiétude (61 résidences)…
    Grandes difficultés à Orcières- Merlette, à la Foux d'Allos….

    -Dans le même temps, ces trois dernières années, on passait en France à 20000 lits supplémentaires dans ces résidences: de 20000 lits à 40000 lits !


    -Certaines résidences vides, en ville, ont été reconverties en lieux d'accueil pour les personnes à la rue…


    -L'article note enfin : des promoteurs qui surfacturent les logements, des élus qui accordent des permis de construire sans discernement, des commercialisateurs qui sont sans scrupule, des notaires qui ne mettent pas en garde leurs clients, des banquiers qui financent sans étude de marché, des exploitants qui s'engagent sur des loyers irréalistes etc


    -Des milliers d'épargnants sont lésés, certains sont en faillite, des familles sont à la ruine..


    -Mais les promoteurs qui ont vendu 53200 logements (loi Scellier) en 2009 en surfant sur la naïveté des gens, espèrent vendre en 2010, 90000 logements, et le gouvernement va tenter d'inventer de nouvelles mesures pour doper les achats…
    S'agit-il d'absence de scrupule ou de folie ?

    Ce que nous ajoutons à cela :
    -Il suffit d'analyser la situation dans les résidences (environ 200) qui accueillent des associés de temps partagé, pour voir que toutes les SCI d'associés sont lourdement endettées, étant de plus en plus désertées par des gens qui ne payent plus leurs charges. Comment imaginer que l'accès à la propriété par des lois de défiscalisation marcheraient mieux à terme ??

    -Dans le Center Parc de Roybon, il est prévu 5000 lits en plus ! Mr Brémond, à force de gonfler ses plumes, est-il encore capable d'analyse prévisionnelle ?

    -Les mesures adoptées par le gouvernement Fillon qui ont diminué gravement les retraites, ont des conséquences immédiates sur le niveau de vie des retraités, lesquels constituaient la plus grande partie de la clientèle des résidences de vacances… Les retraités aujourd'hui aident principalement leurs enfants.

     

    Suite et fin dans P et V n° 5 : la loi du 22-9-09, gaspillage, une forme de tourisme décrié…conclusion

     

    Les bonnes affaires du groupe Pierre et Vacances (5). Fin


    -La loi du 22 juillet 2009 : Parlons en de cette loi !!


    Cette fameuse loi, qui comprend quelques pages sur la " réforme " de la loi de 1986 sur le temps partagé, et qui nous a fait courir pendant un an, pratiquement pour rien, était d'abord et avant tout une loi visant à " mieux protéger les épargnants " engagés dans la défiscalisation !! Et c'était également une loi adaptant la Nouvelle Directive européenne sur le temps partagé.
    Cette loi comporte donc trois volets. Les députés de droite et de gauche ont voté unanimement tout ce bazar. Les sénateurs ont tenté de résister concernant la réforme de la loi de 86, mais en vain.
    Les députés ont donc fait le coup aux épargnants de leur dire " on vous protège ", comme ils l'ont fait pour la loi de 86 pour les associés du temps partagé ! " On est là, on vote pour vous protéger ! " En réalité, ces lois protègent les intérêts des lobbys immobiliers.
    Les représentants du gouvernement par la voie de leurs délégués dans les Ministères nous ont dit en juillet 2008 " Quand le gouvernement voit qu'il y a une impasse, il la résoud " ! En effet, nous avons vu.
    La Fedart, dont nous avons parlée plus haut, considère que cette loi de " modernisation des services touristiques " est INEFFICACE, voire nocive. Nous la laissons développer ses arguments. Nous vous renvoyons à elle. 400 à 500 procédures actuellement au civil et au pénal dans ce domaine en France !

    Le Gaspillage.

    Précédemment nous vous avons indiqué que l'offre de lits touristiques était pléthorique, et qu'il y avait surproduction de ce type de constructions de tourisme. C'est une situation déjà bien connue en Espagne. Promenez vous le long de la côte est espagnole et regardez ces milliers de résidences qui déparent le rivage, et qui sont et resteront vides …qui occupent des parcs naturels, des dunes, des terres agricoles, qui ont été construites à l'économie avec la sueur de milliers d'immigrés sous payés, et qui ne servent à rien… mais qui ont enrichi des centaines d'aigrefins.
    Nous avons décrit la même chose en France. C'est à ce moment là que la société Pierre et Vacances prétend faire construire son Center Parc à Roybon, en plus du reste (projets faramineux également au Maroc).
    Nous vous avons signalé que peut-être Pierre et Vacances se moque de savoir qui ira habiter dans ces nouveaux logements, pourvu que l'argent de l'achat de ces logements aille dans sa poche…

    Qui ira à Roybon ? Les centaines de chômeurs des entreprises de Grenoble ou d'ailleurs ? Les classes moyennes salariées appauvries ? Depuis plus de 20 ans la masse salariale ne cesse de baisser en % dans le PIB. Aujourd'hui c'est alarmant.
    Les nouveaux retraités pour lesquels on parle de les faire travailler encore plus tardivement seront-ils intéressés ? ?
    La mairie de Grenoble pourrait y mettre ses squatters qui occupent " ses " appartements et maisons vides, rachetées avec l'argent des contribuables grenoblois, pour être détruites ??? Qui viendra se baigner dans les lacs à eau chaude garantie 29° toute l'année à Roybon ? Les canards sauvages de la région ? Vallini en personne avec ses amis pendant ses week-ends ?
    La société Pierre et Vacances fait une publicité folle sur internet pour ce projet, et ses projets " défiscalisés ", en expliquant que c'est le gouvernement qui va payer, c'est-à-dire les contribuables, nous !
    Les autorités municipales ont fait miroiter des emplois. Nous avons déjà dit ce qu'il fallait en penser. Elles ont fait miroiter " la filière bois ". En espérant que les artisans soient payés, mais quel gaspillage… et surtout que signifie un tel déboisement dans une région intouchée jusqu'à présent ? Que deviendra cet ensemble à terme ? Un bidonville ?

    Un tourisme décrié :

    Outre ce qui précède, la critique de ce type de tourisme est faite depuis longtemps. Pourquoi ne pas privilégier les gîtes dans les villages, et la réhabilitation de certaines maisons et constructions, afin que les touristes vivent au milieu des villageois ? Pourquoi les Maires ne tentent-ils pas de rouvrir des épiceries plutôt que d'imaginer construire encore un supermarché au cœur d'une forêt ? Pourquoi ne pas mettre en valeur tous les lacs existant dans les régions de France plutôt que d'en créer de nouveaux qui seront réservés ? Pourquoi tout faire pour que les gens restent sur place enfermés dans un Center Parc ? Pourquoi ne pas viser de faire des économies à tous les niveaux plutôt que de grever encore le budget de l'Etat ? Mais d'autres ont mieux dit que nous tout cela.

    CONCLUSION :
    Le temps partagé est en faillite, en France et ailleurs : aucune leçon n'en est tirée. Mr Brémond, affamé de business et d'argent, tente de trouver d'autres pigeons à plumer dans le tourisme.
    Alors que des familles sont à la ruine, la Communauté Européenne écrit dans son préambule § 2 de la Nouvelle Directive sur le temps partagé, votée unanimement ( !), qui sera datée du 14 janvier 2009 : " Il convient d'encourager l'accélération de la croissance et de la productivité des industries à temps partagé et des produits de vacances à long terme… " (ces derniers sont de l'arnaque à l'état pur). C'est d'un cynisme sans précédent ! Partagé par tous les députés européens.
    Dans ce cadre, on nous propose plus que jamais la défiscalisation et le gouvernement porte ces projets avec les députés….

    le 15-1-2010 ADCSTP

    Ajout le 18-1-2010

    La société PIERRE ET VACANCES dépose une demande de permis de construire, sur le territoire de la commune de Mandelieu la Napoule, une résidence hôtelière. Le projet est d’importance puisqu’il se compose de 19 bâtiments comprenant 7 constructions à deux niveaux , 11 à 3 niveaux et un bâtiment de service sans étage. Il développe une SHON de 10 298m², aligne 205 places de stationnement et doit accueillir près d’un millier de résidents.


    Le permis est accordé et fait l’objet d’un déféré préfectoral. En première instance le Tribunal annule le jugement comme contraire aux dispositions de l’article L.146-4 du code de l’urbanisme qui dispose que :

    « L’extension de l’urbanisation doit se réaliser soit en continuité avec les agglomérations et villages existants, soit en hameaux nouveaux intégrés à l’environnement. »

    Sur appel de la commune la cour administrative de Marseille ( N°08MA02832 2009/11/20) estime au contraire que le projet répond aux exigences de l’art L 146-4 aux motifs notamment que :

    l’ensemble évoque un village provençal,

    il s’implante sur un ancien site industriel, conserve une large proportion d’espaces plantés,

    une urbanisation diffuse et hétérogène caractérise les alentours immédiats du terrain d’assiette.

    Une conclusion possible de cette procédure est que lorsque l’issue de la demande de permis dépend de critères purement esthétiques les pétitionnaires ne doivent pas se décourager. En effet, en l’occurrence les premiers juges et le préfet ont été d’avis que le permis ne répondaient pas aux exigences de l’art L 146-4 alors que les magistrats d’appel ont, sur le même dossier comportant les mêmes pièces, tranché en sens exactement contraire.


     

    Placements défiscalisés

    Affaire Apollonia: trois notaires des Bouches-du-Rhône remis en liberté
    29-03-2010
    MARSEILLE, 29 mars 2010 (AFP) - Trois notaires des Bouches-du-Rhône, mis en examen et écroués en janvier à Marseille dans l'affaire Apollonia, vaste escroquerie présumée aux investissements immobiliers, ont été remis en liberté lundi, a-t-on appris de source judiciaire. Deux notaires lyonnais, Mes Philippe Rambaud et Benoit Morel, ont par ailleurs été entendus à Paris dans cette affaire et étaient lundi soir en cours de présentation à un juge d'instruction à Marseille.
    Mes Jean-Pierre Brinès et Cyril Courant, qui exercent à Aix-en-Provence, et Me Philippe Jourdeneaud, notaire à Marseille, après un peu plus de deux mois de détention, ont été placés sous contrôle judiciaire, avec interdiction
    d'exercer leur profession.
    MM. Brinès et Jourdeneaud devront s'acquitter d'une caution de 300.000 euros dans un délai de trois mois. Elle est de 150.000 euros pour M. Courant.
    En outre, un nantissement a été imposé sur le patrimoine des trois notaires, à hauteur de deux millions d'euros chacun.
    Tous les trois sont mis en examen pour "complicité d'escroquerie".
    Selon l'avocat des quelque 400 foyers victimes dans cette affaire, Me Jacques Gobert, la société de gestion de patrimoine Apollonia, basée à Aix, aurait fait souscrire à ses clients des placements défiscalisés dans l'immobilier locatif (meublés) en leur promettant qu'ils seraient financièrement neutres. Mais les investisseurs ont dû faire face à des remboursements beaucoup plus importants que prévus.
    Avant les notaires, six personnes (les gérants et des commerciaux d'Apollonia) avaient déjà été mises en examen en février 2009 à Marseille où le parquet a ouvert une information judiciaire pour escroquerie en bande organisée, faux, usage de faux, exercice illégal de la profession d'intermédiaire bancaire et abus de confiance


    Le 2 juillet 2010, suite sur le Center parc:

    Center Parcs : “36 métiers, 40 misères”

    Les promesses d'emplois pour le projet du bois des Avenières sont présentées et perçues comme les raisons

    indiscutables qui justifieraient de privatiser un bien commun, d'abattre une partie de la forêt des Chambarans, de

    bouleverser sa vie sauvage mais aussi la vie locale des habitants. L'industriel avec son éloquence commerciale ne

    prendrait-il pas les élus et leurs administrés pour des gogos ? L'expansion économique tant attendue, malgré toutes les

    conséquences déplorables, n'est -elle pas un miroir aux alouettes ? Nous reprenons ici un article du journal L'Union du

    23 octobre 2008, à propos des conditions de travail des employés affectés, par le Groupe K, à l'entretien des cottages et
    du Central au Center Parcs de l'Aisne (ouvert en septembre 2007) ; article qui remet en question l'enthousiasme de

    l'économique et de l'emploi.


    Center Parcs : le nettoyage va commencer…

    Ingrid Maquin reçoit depuis avril des fiches de paie sans versement, harcèlement moral selon son avocat, et

    pressions pour qu'elle démissionne.

    La société retenue depuis un an par Center Parcs pour nettoyer ses installations multiplie les infractions. L’un de ses

    cadres a été écarté et, à force de pressions, le ménage a commencé. On saura bientôt si la justice correctionnelle est en

    mesure d’inculquer quelques notions de droit à ses dirigeants.

    POSONS-LE d'entrée : Xavier Capron, le directeur d'exploitation de l'ent reprise préposée au nettoyage à Center

    Parcs n'aime pas répondre aux journalistes. Le directeur des ressources humaines, Stéphane Pietak pas plus. On peut les

    comprendre car ce qui va atterri r sur le bureau de l'un et de l'autre et incidemment sur celui de leur grand patron de

    Deca France à Carquefou risque de faire tache dans le CV de ces cadres. La tache porte le doux prénom d'Ingrid.

    Employée comme on a vu d'autres au nettoyage des cottages et autres bulles à Center Parcs. Employée ultra chanceuse

    qui n'a pas besoin de se rendre au travail pour recevoir depuis avril des fiches de paie avec peau de balle dans la colonne

    de droite. Ingrid aujourd'hui mais il y a eu Christian, Jacqueline, Renée ou Christiane. C'est simple, le sous-traitant

    retenu l'année dernière par Center Parcs pour officier au nettoyage de son îlot à rêves est une machine à engorger les

    t ribunaux. Le conseil des prud'hommes jusque-là. Cela va se corser.

    En février la Laonnoise entre à Center Parcs, recrutée par K propreté pour manier chiffons serpillières. Mars de la

    même année, une demande de logement, un dossier de caution à compléter et le début des soucis. « Il fallait la copie de

    mon contrat de travail. Personne n'a été en mesure de me fournir ce document », indique la jeune femme. Femme et, ce

    n'est pas encore un défaut, réserviste de l'armée. Justement la Muette la sollicite en avril pour une période de 15 jours à

    Couvron. Tout le monde est informé jusqu'à l'employeur évidemment. Depuis avril, c'est étrange, Ingrid Maquin n'est

    plus appelée pour aller travailler. Cinq mois au même régime. A croire, mais il faudrait avoir mauvais esprit, que l'on

    souhaite pousser la belle à la démi ssion.

    Le Champagne au frais

    Sinka Volute, la filiale du groupe K, dont les petites mains du nettoyage dépendaient jusque-là, n'existe plus. C'est

    Stéphane Pietak, le DRH du… groupe K qui en informe les salariés, le 8 octobre dans un courrier qu'il adresse à tous

    avec les paies. L'ent reprise s'est rapprochée juridiquement d'un autre mastodonte du nettoyage, Deca France et compte

    -l'humour n'est pas la qualité première de Stéphane Pietak- « sur vous pour poursuivre l'implication dans vos fonctions

    ». On peut, en effet, compter sur quelques-uns pour s'impliquer. Sur Marie-Paule Nouvier, la déléguée CGT sur place

    par exemple. Sur Marc Christodoulou, le secrétaire de l'union locale du même syndicat également. Lequel a déjà

    conduit le 29 septembre douze dossiers en contentieux devant la 4e section prud'hommes. Avec la perspective des

    élections au conseil le 3 décembre à venir, la période n'est pas tactiquement favorable pour délibérer rapidement. C'est

    donc le 15 du même mois que la décision des juges sera officiellement connue. Une précaution : mettre déjà le

    champagne au frais. Douze dossiers potentiellement gagnés, c'est dire les lacunes du propret K en matière de droit

    social. Mais il y a plus grave désormais et ce n'est pas le moins coriace des avocats laonnois qui va s'y coller. Cyrille

    Bouchaillou est sur les rangs pour « rétablir Ingrid Maquin dans sa dignité ». Ce ne sont pas seulement les prud'hommes

    qui seront sollicités cette fois mais la justice correctionnelle sur la base d'un harcèlement moral au travail.

    Le parquet sera donc saisi et s'il classe l'affaire, c'est vers le doyen des juges d'instruction que le dossier sera dirigé.

    « Je suis atterré », confie le juriste. « Lobby ou pas, il faut crever l'abcès. On est là devant la négation de la dignité

    humaine et des insultes à caractère social ».

    La partie n'est pas gagnée. Ingrid Maquin peut jeter l'éponge et, puisqu'on nous l'affirme, Deca France revenir dans

    le droit. Quelque chose nous dit, pourtant, qu'il en ira différemment.

    Correspondances : QOCP, 45 Montée de la Rua, 38140 Renage – qocp@orange.fr
    Archives : http://chambarans.unblog.fr /

    ADCSTP le 16-1-10

     

     

    TEMOIGNAGES Le système Pierre & Vacances à Dhuizon.
    Les dessous du système Pierre & Vacances

    Mercredi 11 février 2009


    … nous vous donnons cette lecture détaillée d'un article provenant d'un site Internet afin de bien comprendre qu'une entreprise privée na pas un but philanthropique (et c'est normal!).

    Dans ce projet de Village Vacances et de Centre Aqualudique de Dhuizon à financement public ON PRIVATISE LES BENEFICES ET ON MUTUALISE LES DEFICITS. ON ENRICHIT LES RICHES ET ON APPAUVRIT LES PAUVRES.
    Effectivement, la méthode Pierre & Vacances c'est la défiscalisation et la symbiose avec un investissement public parallèle qui est le bras de levier de ce promoteur; Le Groupe P&V crée une société pour chaque projet, ici elle s'appelle SNC Dhuizon Loisir, l'objet de celle-ci étant l'achat du terrain, la construction puis la revente des maisons ou logements construits. Une fois l'opération assurée donc purgée de tout recours et autres conditions suspensives il cherche des acheteurs; une fois les trois quarts du programme vendu il lance la construction; qui sont ces acheteurs? Et bien ce sont ou ce peut être des particuliers comme vous ou moi mais en général ce sont des personnes à gros patrimoines cherchant la défiscalisation car très fortement imposées; un promoteur avec qui je parlais il y a peu m'a dit avoir souvent vu trois personnes acheter à elles seules tout un programme de ce genre.
    A quelles défiscalisation a t-il droit? 3 en cascades et même 4:

    1 - il achète le ou les logements HT, P&V étant un groupe puissant il avance la TVA et la reverse à l'état ( il fait le tiers payant en quelque sorte ) cette TVA, P&V la récupèrera sur les loyers TTC payés par les futurs locataires au propriétaire du logement .Si tel n'avait pas été le cas il mettrait des années voire 10 ans à récupérer cette TVA. D'ou ce premier avantage consenti aux acheteurs (cela fait tout de même presque 20 % du prix d'achat et a l'avantage de donner l'impression à l'acheteur que ce n'est.... pas cher !).

    2 - Deuxième avantage, en ZRR zone à revitalisation rurale loi Demessine, c'est presque toujours le cas, il peut bénéficier d'un avantage fiscal de 25 000 € (=réduction d'impôts) étalable sur 6 ans mais doit le louer à une société touristique pendant 9 ans minimum.

    3 - Troisièmement il n'est imposé que sur 28 % des loyers HT (abattement de 72 %).

    4 - Enfin il effectue un emprunt de la totalité avec un montage financier afin de se retrouver en déficit foncier( les intérêts de l'emprunt consenti sont en effet déductibles) qui annuleront un bénéfice ou foncier ou professionnel (jusqu'à environ 11000 € dans ce dernier cas).De plus il peut amortir le bien car considéré comme outil professionnel ainsi que le prix d'achat de tout le mobilier ( P&V vend meubles non compris - le prix est toujours annoncé meubles non compris) dans le cas où il est LMP (loueur en meublé professionnel ). En fait l'acheteur réalise un placement plus financier que immobilier, les loyers servant à rembourser l'emprunt - la majeure partie du prêt étant remboursé par la valorisation du bien avec le temps ( ça a marché jusqu'à il y a peu de temps!) . Le plus souvent il n'y a aucun apport personnel et aucun impôt à payer pendant 10 ans hors mis la taxe foncière déductible. De plus -gros avantage pour l'investisseur privé -il n'a pas à se soucier de la gestion locative - les loyers sont assurés par P&V occupé ou non occupé ce qui n'est pas un des moindre. Tout cela ne peut être réalisable que si la banque suit et donc si l'on est déjà très riche. En fait ces divers avantages fiscaux peuvent être plus ou moins cumulés selon que l'on est LMP ou LMNP (loueur en meublé non professionnel).

    J'ai oublié de dire que au moment de l'achat le groupe exige l'engagement de l'acheteur à louer (par un bail locatif) à une autre société d'exploitation touristique créée aussi pour le programme par P&V et pour 9 ans. Pourquoi 9 ans? Parce que l'acheteur ne peut récupérer la TVA du bien acheté en totalité que s'il le conserve 9 ans. Neuf ans c'est aussi le temps pour la société touristique de P&V d'atteindre son rythme de remplissage maximal, au delà il commence à y avoir des frais de rénovation etc...Et sans doute une raison fiscale au niveau du droit fiscal des société que j'ignore; de toute façon il revends en général afin de réaliser sa plu value professionnelle à moins que la gestion locative devienne très, très rentable.

    J'ai oublié aussi l'exonération d'ISF (quatrième avantage) car considéré comme outil de travail pour les LMP. Alors, lorsque l'on nous met en avant que c'est du tourisme social! Cela profite surtout aux riches que sont les actionnaires de P&V (il est là le Cac 40 !)Et les gros investisseurs particuliers (la plupart des acheteurs ne mettrons jamais les pieds dans l'appartement, ils peuvent cependant se garder jusqu'à 6 semaines par an et pratiquer des échanges avec d'autres programmes).

    Les seuls perdant dans l'opération sont les Contribuables des collectivités publiques locales ( déficit annoncé par SPRINT = 188000 € : c'est en fait beaucoup plus car il y avait 3 cas dans cette étude et il s'agissait du cas le plus favorable où la Comm-Comm du Pays des Châteaux (Bracieux) aurait accepté de participer au coût de fonctionnement du Centre Aquatique ce qui a été refusé par son président: dixit un élu très concerné par le projet) et tous les contribuables en général au travers des subventions qui ne sont autres que nos impôts ( + de 2 millions d'euros tout de même).

    J'ai oublié aussi un autre perdant à savoir le Touriste qui alléché par une publicité tapageuse se verra louer un 45 m2 à un prix exorbitant pour se faire dévorer par les moustiques et taons tout en ayant un vis à vis chez son voisin de droite et de gauche et se pâmer devant un plan d'eau déserté par les oiseaux sauvages qu'il était pourtant venu admirer en Sologne. Dans ce projet de Village Vacances ON PRIVATISE LES BENEFICES ET ON MUTUALISE LES DEFICITS. Et quant à l'argument de dire que au moins cela va permettre de rembourser le déficit du fiasco de la première expérience touristique il suffit de répondre : ils ont pris des risques insensés , ils ont perdu et de plus ont massacré un site magnifique, bien qu'ils réparent et vendent une partie de la propriété pour le rembourser ( il suffirait pour cela que la Commune de Dhuizon - prioritaire pour cela d'après les statuts de constitution du SIAT rachète le terrain de 1,5 ha avec le restaurant et les chalets pour le montant de la dette; ce rachat serait financé par la vente d'une autre partie de la propriété des Veillas qui fait tout de même faut-il le rappeler 153 ou 158 ha. Mais non on préfère pratiquer ce que l'on pourrait appeler "LA FUITE EN AVANT" qui consiste à prendre un pari infiniment plus risqué pour rectifier une erreur des prédécesseurs.

    Faire du business ce n'est pas le rôle d'une municipalité ... la preuve! Quant au Centre Aqualudique il doit faire d'après la dernière étude AMEX, acceptée par la Communauté de Commune, 200 m2 soit l'équivalent de la piscine privée construite par P&V dans le Village Vacances (en haricot : environ 22m sur 11, j'ai vu le plan!). Et comme 15 à 17 semaines par an (l'été, peut-être est-elle prévue d'être chauffée) les touristes n'auront pas à aller dans le Centre. En fait, ils vont trouver la note à payer plutôt chère: 1000 € par an pour 15-16 semaines d'accès ce qui fait à peu près 10 € par jour qu'il y aille ou non, c'est à dire quand leur piscine découverte sera inutilisable. Tout cela est complètement irréaliste.

    Et pour couronner le tout, une piscine complètement (mais alors COMPLETEMENT) EXCENTREE par rapport à la Com.Com sensée en bénéficier. Rappelons que pour l'instant il n'y a qu'un accord verbal concernant la participation des 1000 € par an et de plus P&V espérait peut-être un Centre Aqua-Ludique beaucoup plus imposant que ce qui est proposé maintenant.

    Commentaire

    P&V, ses juristes et ses financiers, sont au service des actionnaires! C'est du business! Il ne faut surtout pas mésestimer cet aspect des choses, ils ont les moyens financiers et les connaissances juridiques … pas nous!

    - Suppression de la taxe professionnelle pour 2010, 2 Centres Aqualudiques à Blois et Salbris sont des situations nouvelles et imprévisibles qui vont rendre la situation encore plus hypothétique.

    Par servicepublic - Ecrire un commentaire
    7 Voir le commentaire Voir les 7 commentaires - Partager Précédent : Un peu de bon sens Solognot! Retour à l'accueil Suivant : Horizon 2012 – les Piscines ludiques... C'est pourtant clair …
    Soit le projet "aqualudique" est une composante du projet "Pierre & Vacances" car il lui est indispensable en terme de services et d'activités et alors, l'investisseur "Pierre & Vacances" assume son projet dans sa globalité (c'est à dire en assure la maîtrise d'ouvrage le financement et le risque commercial) bref se comporte en vrai investisseur privé qu'il est (!!).

    Soit il s'agit d'un projet de services aux habitants de la communauté de communes, alors il est déconnecté de celui de "Pierre & Vacances", il doit répondre aux besoins de la collectivité et la réalisation n'est possible qu'au vu du rapport coût/avantage pour elle (règle implacable qui vaut pour les gros comme pour les petits projets !).

    Or, on constate d’une part, que le " projet aqualudique" est indispensable, nécessaire et fait partie de l’opération immobilière de Pierre & Vacances et d’autre part, que le service aux habitants est réduit au strict minimum et qu’il n’est pas un besoin impérieux pour la collectivité, situé à cet endroit là.

    Un Exemple ...
    Le Centre Aquatique "Val de Loisirs" de MONTRICHARD fonctionne depuis 2 ans, il est géré par une société spécialisée (Délégation de service public). Les résultats de l'année 2008 peuvent donner des indications utiles:

    Les recettes prévues sont très inférieures aux prévisions (- 27%) malgré la nouveauté, le peu de concurrence aux alentours et les 15 000 hab dans un rayon de 12 km.

    Le déficit de l'année 2008 est de 390 000 €.

    A cette somme il faut ajouter le remboursement des emprunts contractés.

    Les prévisions pour les prochaines années ne sont pas très optimistes car le Centre Aquatique de Contres va bientôt fonctionner. A noter aussi que le budget de l'intercommunalité "Du Cher à la Loire" est bien plus important que le nôtre.

    Le Val de Loire


    Articles récents
    Les Centres Aquatiques ...
    C'est l'intérêt des habitants et des touristes ...
    Pierre & Vacances supprime 15 emplois au Center Parcs de Chaumont
    Conséquence de la suppression de la Taxe Professionnelle
    Saint-Laurent-Nouan, Golf des Bordes
    Les Budgets 2009
    Faire le point une nouvelle fois!
    Faire le point !
    2O12 ... c'est demain
    Horizon 2012 – les Piscines ludiques du Sud Loir & Cher.
    Liste complète

     

    9 janvier 2011: Défiscalisation

     

    Des propriétaires floués manifestent leur colère dans l'Allier
    Une quarantaine de personnes ont manifesté samedi devant une résidence touristique de Laprugne (Allier), où elles ont acheté un appartement qui ne leur a jamais été livré et dont elles remboursent les emprunts depuis plusieurs années.

    Ces copropriétaires, venus de toute la France, ont brisé des chaînes à l'entrée de la résidence inachevée dont l'accès leur avait été interdit au mois de décembre, a dit Patricia Marchand, responsable de l'association des copropriétaires des Hauts de Cordat. « On nous interdit l'accès à la résidence sous prétexte que c'est un domaine privé alors que nous en sommes les propriétaires », s'est-elle indignée.

    Au total, 166 appartements ont été vendus à partir de 2003 sous forme de produit de défiscalisation par la SCI Le Cordat, une société dont le siège est situé à Evry, en région parisienne. « On a expliqué aux acheteurs que leurs crédits seraient entièrement remboursés par des loyers puis que l'appartement serait racheté au bout de douze ans par la SCI Cordat, ce qui n'a pas été le cas », a expliqué à l'AFP l'avocat des copropriétaires, Me Christophe Gerbet, en charge d'une centaine de dossiers dans cette affaire.

    La société de gestion en liquidation
    La SARL de gestion des Hauts de Cordat a été mise en liquidation judiciaire en 2008. Les acheteurs, quant à eux, remboursent leur emprunt alors que l'immeuble est à l'abandon : « Ce sont souvent de petits épargnants pour lesquels c'était le premier achat, des jeunes ou des retraités, qui n'ont pas les moyens de payer. Certains sont interdits bancaires », ajoute Me Gerbet. Selon Mme Marchand, certains copropriétaires sont « très touchés psychologiquement, ne peuvent plus travailler, l'un d'eux vit dans un cabanon ».

    Une procédure est en cours devant le tribunal de grande instance de Cusset pour obtenir la résolution ou l'annulation des contrats de vente. Le notaire et plusieurs établissements bancaires ont également été assignés en responsabilité pour « défaut de conseil », selon Me Gerbet. Une plainte contre X a enfin été déposée pour « escroquerie » et une enquête a été ouverte par le parquet d'Evry.

    SCI Le Cordat, est dirigé part Simbiosis Properties et une multitude Stés en cascade dont le responsable est LAPUJADE mais ils doit avoir des autres associés pour faire cette escroquerie

    SCI RESIDENCE LE CORDAT
    55 AV DE LA LIBERATION
    91130 RIS ORANGIS
    siret: 44069507000019
    SIMBIOSIS PROPERTIES

    LAPUJADE ALAIN ANDRE PIERRE est derriere cette affaire et il a 9 Stés


    SIMBIOSIS
    91130 RIS ORANGIS
    LAPUJADE ALAIN ANDRE PIERRE
    S.C.I. 2007 DU MAS DE MOURGAT
    46160 LARNAGOL
    M LAPUJADE ALAIN ANDRE PIERRE
    EURODOME
    91000 EVRY
    LAPUJADE ALAIN ANDRE PIERRE
    SCI LES ORRES EPANOUISSEMENT
    91130 RIS ORANGIS
    SIMBIOSIS PROPERTIES
    SCI RESIDENCE DE LA CHARNAUDE
    91130 RIS ORANGIS
    SIMBIOSIS PROPERTIES
    SCI MAINVILLIERS PAUL BERT
    91130 RIS ORANGIS
    SIMBIOSIS PROPERTIES
    SCI CORBEIL 129 KENNEDY
    91130 RIS ORANGIS
    SIMBIOSIS
    DOMUS AUREA
    91002 EVRY CEDEX
    LAPUJADE ALAIN ANDRE PIERRE
    SCI SERBONNES EPANOUISSEMENT
    91130 RIS ORANGIS
    SIMBIOSIS PROPERTIES

    ...........................

    LES BONNES RELATIONS DE PIERRE ET VACANCES


    Pierre et Vacances n'a pas seulement travaillé dans le temps partagé, en retenant encore plus de 100 000 associés et actionnaires dans un enfermement perpétuel, il a construit pour la location, et, plus juteux encore, il s'est engagé dans la construction e maisons individuelles avec " défiscalisation ", rien de mieux pour enfermer les gens dans une autre sorte de traquenard. La défiscalisation (voir notre site à cette rubrique) constitue pour les promoteurs-financiers un moyen de puiser de façon extraordinaire dans l'épargne des gens en les roulant dans la farine. En effet rares sont ceux qui s'inquiètent de savoir si les locations promises auront bien lieu, et font attention à la garantie décennale, laquelle s'évanouit au moment où des réparations de fond sont nécessaires à une construction vite et mal réalisée la plupart du temps.
    Les victimes plongent dans cette opération en raison de la niche fiscale promise, qui coûte cher à l'Etat et qui, lorsqu'elle disparaît ne permet plus aux propriétaires de tirer parti de leur propriété, dans une période où il devient très difficile de louer….
    C'est pourquoi, entre le 30 Octobre et le 14 Novembre 2012, Brémond, ancien PDG de P et V, n'a pas perdu de temps ! Usant de sa filière via la Ministre du Tourisme ( ATOUT FRANCE ), il a obtenu de son Ministre de Tutelle, Jérôme CAHUZAC, que soit prorogé au-delà de fin 2012 - et pour 4 ans - jusqu'en décembre 2016, l'avantage fiscal ( appelé niche ) " Censi-Bouvard " de 11 %, jusqu' à 300.000€ en investissement locatif, et le remboursement de la T.V.A. sur l' intégralité de cet investissement dans les conditions habituelles ( Amendement n° 754 ). Malgré un aller-retour Assemblée-Sénat-Assemblée, et sans débat, l'amendement est passé ….Alors même que le Rapporteur de la Commission chargé de son examen reconnaissait plus tard " ne pas avoir examiné l'amendement ", et concluait à son second passage au vote " " Cela n'a plus de sens, …: les niches persistent, voire même se développent. Or…. certaines opérations se sont révélées peu productives, ce qui rend cette niche d'autant plus fragile.... Ce n'est pas parce que le dispositif s'appelle Censi-Bouvard qu'il doit être gravé dans le marbre et gagner l'éternité ".
    Les bonnes amitiés avec des escrocs comme Cahuzac, font les bonnes affaires.
    Avec le système de la défiscalisation, l'investisseur doit s'engager à laisser le soin au gestionnaire de louer à sa place pendant 9 ans (une chance qu'il le fasse aujourd'hui….), ce qui fait plus que couvrir l'investissement. Grâce à cela, dès les années 90 la montagne française a été bétonnée à outrance. Maintenant ce sont les zones humides qui sont convoitées par P et V pour y construire des lacs artificiels, à 30° toute l'année…. Ben voyons !!
    Cette niche enrichit le Groupe PIERRE et VACANCES qui peut vendre ses maisons, par ex celles de ses Center parcs, ainsi que ceux qui achètent (dits investisseurs) à qui on offre un cadeau fiscal et l'exonération de la T.V.A. !!!! Mais encore faut-il que cela marche… Bien des investisseurs se sont retrouvés le bec dans l'eau.
    Cela n'a pas relancé le bâtiment mais les maisons individuelles, médiocrement construites et très chères pour le tourisme…
    Nous apprenons que Pierre et Vacances, sentant le vent tourner en France, et peut-être en Europe, regarde du côté de la Chine pour construire des sortes de Center Parcs, et projette de faire alliance avec le groupe chinois " Beijing Caital Land " spécialisé dans l'immobilier… Il projette également de vendre des Center Parcs français à des chinois !
    Quand le " communisme " s'arrange avec une multinationale !!


    27-12-2014